Carnet de voyage collaboratif 2019

Voyager par l’imaginaire, voyager grâce aux expériences d’autrui, voyager grâce au dessin, voyager, s’extraire du quotidien sans impacter son indice carbone, faire revivre une expérience sous un autre regard, une autre interprétation, faire le tour du monde depuis chez soi…
La liste est longue des raisons qui me poussent à faire ce carnet de voyage collaboratif. C’est avant tout un merveilleux moment de partage. Les gens vous confient leur souvenirs, une part de leur vie, et c’est une joie de leur donner une nouvelle vie et ensuite de les partager avec les visiteurs du site qui voyagent à leur tour

Alors, à vos marques, prêts ? Rêvez !!

Elodie est partie à différentes reprises avec l’ONG Acción Planetaria Satipo-Perú. Le dernier voyage date d’il y a quelques semaines. Elle nous livre ici des portraits d’enfants croisés lors de son voyage !

Voyage en voilier de Delphine en 2013. « La rencontre qui m’a marquée, c’est celle d’un banc de tortues entre Sicile et Sardaigne, vers les îles Eoliennes lors d’une traversée à la voile magnifique. On faisait cap au nord pour rentrer d’un périple de deux mois et demi autour de la Sicile et ses îles, les tortues, elles, faisaient cap au sud, pour aller pondre à Lampedusa.
De temps en temps un petit oiseau vient se reposer, celui-là je l’ai nommé l’inspecteur parce qu’il est allé vérifier tout le bateau, même l’intérieur ! »

C’est un voyage très émouvant et très fort dont m’a fait part Alice: celui d’un dernier hommage à sa maman où ses cendres rejoignait la mer sur une plage d’Irlande du sud. Les mots en gaelic inscrits sous son prénom signifient les choses qui relient Alice à sa mère, à savoir l’amour, la musique et le bonheur.
J’ai beaucoup aimé la composition de cette photo où les gens présents, qu’ils soient seuls où s’étreignent, qu’ils regardent dans la même direction ou non, sont incroyablement connectés dans cette immensité naturelle.

Bienvenue en Chine avec Catherine ! Cette vision de paysage est assez rare car vous remarquerez qu’il n’y a pas de touriste sur le dessin. Non pas que je les ai sciemment enlevés, seulement voilà, pour avoir la (enfin, une des) muraille de Chine pour soi, il faut voyager à 3h30 de Pékin avec une voiture et un chauffeur (car interdit de louer une voiture)…. et un visa pour demander la permission… A l’arrivée, de grands parkings vides… un téléphérique qui avait 40 ans d’âge et zéro magasin… un vrai miracle !

Geoffrey était en novembre et décembre 2018 sur l’île d’Europa, une île française peu connue interdite au publique, pour un reportage sur les tortues marines qui passera sur Arte en 2019. Si le sujet du reportage est les tortues marines, il m’a ici confié un bel échantillon de photos d’oiseaux présents sur cette île de l’océan indien !

La rencontre inattendue de Catherine avec un phoque moine sur l’île d’Alonnisos (Grèce)